Amour.com Les 10 commandements de la drague made in Conakry
La pratique de la drague à Conakry, comme partout ailleurs, obéit à des codes qui évoluent avec le temps. Voici 10 de ces codes tirés d’une petite enquête étoffée par mon expérience perso. A votre galanterie, prêt? Draguez!
1.   De la poésie, tu t’en passeras! C’est assez curieux de virer la poésie dans les relations amoureuses, mais y a bien longtemps que les meufs de notre capitale sont devenues imperméables aux : « je me noie dans le bleu des tes yeux » et autres « mon ange », style Roméo et Juliette. Tu peux mémoriser comme un disque dur toute l’œuvre de Shakespeare, tu risques de passer pour un minable rigolo en débitant vers et proses devant des minettes qui ont un cœur d’artichaut ! Elles préfèrent les entendre dans les chansons, les séries télé ou les lire dans un Harlequin.
2.   Des fleurs, tu te méfieras. Ce commandement fait suite au précédent pour coller à la logique : les fleurs flirtent avec la poésie. En homme galant tu trimballes une belle rose que tu veux offrir à une nouvelle cible, tu es vite catalogué « débutant ». « Ce n’est pas fleur on mange », on te dira. Les fleuristes le savent tous : en dehors de la nuit du 14 février (Saint-Valentin), de celle du 31 décembre (Saint-Sylvestre) ou lors la Foire Internationale de Conakry (FIC), personne ne leur demande combien coûte une fleur ; à part les nouvelles mariées qui veulent transformer le salon en verger pour mieux appâter leur « diaspo » de mari de retour au bercail !
3.   Du m’as-tu-vu, tu useras. Tu veux passer pour « Monsieur Réglo » qui boit du Fanta et hait le tabac ? Et bien tu en prendras pour ton grade. Ce n’est pas exclu que tu dégotes une copine à la fin, mais tu auras sué sang et eau. Si tu veux aller droit au but, passe plutôt pour une star débordée : des gars t’embêtent pour une histoire de sous ou de véhicule, t’as une rencontre avec des personnalités, ton grand frère veux t’amener au Canada, etc., alors que « ta » montre-bracelet Rolex (contrefaçon), la voiture que t’as et même les baskets et le costard que tu portes sont du « Yeffoussé » (empruntés). Tu deviens ainsi un « Kambéremba » (fanfaron), mais c’est pour la bonne cause et ça paye…si la biche ne le découvre pas tout de suite !
4.   Des cartes de recharge, tu achèteras. Pour toi d’abord bien sûr, mais aussi et surtout pour elle. Si vous êtes abonnés chez le même Opérateur, tu es sauvé. Tu souscris à un plan tarifaire. Les SMS et transferts de crédit s’en trouvent facilités. Sinon, bonjour la galère. Chacun de ses bips signifie une carte de recharge ou un transfert de crédit vers son téléphone. Les montants inférieurs à 5000 GNF s’abstenir. Pour un début, faudra mettre le paquet pour espérer toucher le…Graal !
5.   Au resto, tu l’amèneras. C’est classique le resto, donc quasiment incontournable. La bouffe à Conakry est sacrée et même… sucrée pour les filles ! Si tu n’invites pas au resto, c’est que t’es un pommé, un vulgaire étudiant. Repérer le restaurant en question et se renseigner sur les prix du menu avant le jour J est une bonne précaution, même si elle est insuffisante. Il faut avoir la poche remplie plus qu’il n’en faut car la cible est capable de débarquer avec sa « meilleure copine », histoire de tester ta solidité financière ! Sans parler du prix du transport que les taximen sans pitié majorent en cas de déplacement si tu n’es pas « véhiculé ».
6.   Bien sapé et parfumé, tu seras. Il ne s’agit pas d’avoir forcément Gucci ou Puma de la tête aux pattes (même si ce serait un avantage). Mais les gos d’ici détestent les gars mal fringués. « Etre présentable », c’est leur crédo. Jean, chemise et baskets « Old School » feront l’affaire, le tout accompagné par un bon déo (un Nivea Homme acheté à Madina). Y en a qui parachèvent la collection par un morceau de sparadrap collé à lobe de l’oreille, à défaut d’une vis. C’est désavantageux des fois ! Tout comme le smoking qui fait trop Bill Clinton. Certaines ne kiffent pas cet excès de « sérieux » ! Le style Jay Z et compagnie fait encore du tabac par ici.
7.   Trop sérieux, tu n’en seras point. S’emballer en inondant sa messagerie de SMS ou transformer son téléphone en standard de Call Center dès le premier jour est contreproductif. Si tu persistes, tu es vite étiqueté « emmerdeur » avec comme réponses à tes jérémiades : « je te rappelle, je suis avec ma mère », « mon téléphone était sur silencieux », « je dormais », et pititi et patata ! Le mieux c’est de pratiquer ce que des « experts » qualifient ici de désintéressement intéressé. C’est-à-dire, sans l’ignorer trop longtemps, réduire le contact au strict nécessaire, passant ainsi pour un homme occupé. Se faire important, grosso modo (Confer Commandement 3).
8.   Sur Facebook, tu t’inscriras. C’est la tendance. Sinon de quoi veux-tu que vous causiez autour du plat au resto ? Comment veux-tu qu’elle te montre ses dernières tofs (le jargon compte hein), puisque sortir son album photo classique se ringardise petit à petit ? Comment pourras-tu répondre quand elle te demandera si t’as du taf ? Il convient donc d’être un Facebookeur. Par contre parler de Twitter, de « Hashtag », de « RT », etc. peut apparaitre élitiste et la faire passer pour une « Bala » (Niaise), ce qui serait une erreur fatale pour un premier rencart.
9.   Ses copines, tu convaincras. Beaucoup de nanas vivent en solo, évitant le groupe de filles comme de la peste. Mais en milieux scolaire et estudiantin, c’est rarement le cas. Elles évoluent en petits groupes et les mecs sont systématiquement notés par les copines intimes. Le « être présentable » apparait ici plus que jamais important. Il est donc vital de faire bonne impression aux copines de la cible : paroles, gestes, fringues, petits présents (les recharges !). C’est auprès d’elles qu’il faut sortir l’arsenal Bling-Bling. Si la note est favorable, la copine-cible, même réticente, sera convaincue. Mais le jour où ses colistières se transformeront en Standard and Poor’s, t’es dégradé, dépôt de bilan assuré !
10.   Du courage, tu t’armeras. C’est vrai qu’en dépit de l’application correcte des 9 précédents commandements, il arrive que la proie ne morde pas à l’hameçon. Ou pas tout de suite, comme tu l’espérais. Alors que reste-t-il à faire ? Redoubler de courage et prendre ton mal en patience. Parfois ça dure, se complique mais finit par se concrétiser. Il est important de savoir que la fille la plus consentante affiche toujours une attitude de refus pour se faire désirer et importante. C’est humain. Savoir déceler cela à temps est capital pour ne pas tomber dans le panneau. Et si ça ne marche pas du tout, malgré tout, le prendre avec philosophie. Elle joue probablement le même jeu avec 5 autres protagonistes ! Tout comme toi…
Source : Alimou sur mondoblog (RFI)