Habillement des filles

Une honte

Notre  époque est dans la longue histoire de l’humanité, une période particulièrement critique parce que marquée par la faillite totale des valeurs morales et spiri  tuelles. En même temps, il y a une domination totale de la civilisation occidentale sur nos coutumes et mœurs. C’est sans doute la raison pour laquelle s’étant livrées au mimétisme culturel, nos filles s’habillent aujourd’hui dans les établissements d’enseignements comme bon leur semble. Elles sont nombreuses à marcher presque nues. Ces habits : mini jupes, collants transparents et autres sont indignes.

Cela nous donne l’impression d’être dans une société qui va à la dérive. Celles qui ont étudié et qui sont censées avoir une vision beaucoup plus rationnelle sont les premières à donner le mauvais exemple. Outre la recherche du savoir, l’école est donc considérée par certaines filles comme un lieu d’exhibition des parties les plus intimes du corps. L’objectif étant d’attirer l’attention des autres sur soi.   

La majeure partie des filles dit s’habiller de la sorte par simple plaisir et dans le but de paraitre plus belle. Mais étant donné que les calculs accompagnent toujours les actions, la vérité est que le port de ces habits extravagants n’est pas gratuit. Si l’on s’en tient aux propos de certaines étudiantes et élèves : ’’en révélant au public la forme cachée de notre corps, on voudrait surtout attirer  l’attention des garçons  sur nous’’. Une analyse minutieuse sur les causes de ce fait de société  nous amène d’abord à pointer du doigt, la soumission aveugle à la culture occidentale véhiculée par les médias. Pour les filles, c’est la civilisation qui nous vient de l’ouest qui valorise l’Homme. Or loin de les mettre en valeur, ces habillements  ont plutôt  dévalorisé nos sœurs. Elles ne bénéficient plus  du même respect qu’elles avaient avant dans la société.  Il y a aussi, le silence coupable des parents qui laissent et parfois encouragent leurs filles à se vêtir d’une manière indécente. Pire, le phénomène se développe dans l’indifférence totale des autorités éducatives. Ces dernières devraient procéder à des séries de sensibilisation, mais aussi inclurent dans les règlements intérieurs des écoles, l’interdiction systématique de tout habit qui expose le corps de la personne qui le porte. Il faut rappeler qu’il ne suffit pas simplement de détester ou de critiquer ce mode vestimentaire. Au-delà des critiques, il importe de prendre les mesures devant contribuer au changement  de comportement.

Dans un monde où se déchainent sans frein les attitudes les plus perverses et où se font accréditer les comportements  les plus mauvais, il est de toute première nécessité que nos sœurs œuvrent dans le sens indiqué par la morale. Cet état de fait les amènera certainement à se vêtir de manière décente. Cela parait d’autant plus important  quant on sait le rôle et la place qu’occupe la femme dans la transformation positive de la société.     

Baldé Mamadou Moustapha, L1 sciences politiques UGLC de Sonfonia