Saint-valentin

A cause de facebook, une élève perd sa virginité 

Si le 14 février est considéré par certains comme un jour à travers lequel des couples se retrouvent pour parler de leur relation amoureuse ou encore s'offrir des cadeaux de marques, pour d'autres, la célébration de la Saint-valentin leur laisse un souvenir amer dans la vie. C'est le cas de Kadiatou une élève en classe de 12ème âgée de 18 ans. Elle qui comptait garder sa virginité jusqu'au mariage a vu son rêve se briser. Selon elle, le coupable de sa défloration serait un étudiant d’une université de Conakry.  Kadiatou explique avoir connu Mohamed  domicilié au quartier Yimbaya-pharmacie "camp carrefour"  sur le réseau social Facebook. Dans cette confession, la victime revient sur la nuit la plus longue de son histoire...

 "C'est un jeune que j'ai rencontré il y a quelques mois sur Facebook. Nous nous sommes aimés, je l’ai fait confiance en lui disant tout sur  moi et il m'a promis de ne jamais me faire du mal. Le jour de la Saint-valentin, je suis partie fêter avec lui. Comme je suis rentré épuisée chez lui,  j'ai jugé nécessaire de prendre un temps de détente mais cela m'a couté de la quinine. Il m'a tendu une boîte de jus ouverte qu'il m’avait réservé et après avoir bu,  j'ai commencé à somnoler. Je me suis réveillé tard la nuit avec du sang". Que s'est-il passé pendant votre sommeil et comment a réagi le jeune à votre réveil?  "Je ne peux rien vous dire de clair, ni comment cela est arrivé. J'étais  inconsciente et je n'ai rien remarqué. A mon réveil je l’ai vu assis, il s'est brusquement agenouillé pour me demander pardon. C'est quand j'ai vu le sang sur moi que j'ai compris qu'il m'a fait quelque chose. Je venais de perdre mon honneur de femme, ma virginité".

Après son acte, Mohamed a tenté par tous les moyens de s'excuser mais la victime dit ne plus l'aimer, ni lui pardonner, mais au lieu de porter plainte, elle préfère se remettre à la justice divine. "Il m'a appelé, m'a présenté des excuses et cherché à savoir si je me porte bien. J'ai déposé le téléphone, je ne l'écoutais plus. Après, il a dit qu'il ne va pas raccrocher malgré mon silence sauf quand ses crédits finissent. Quand j'en ai eu marre,  je lui ai dit de me laisser parce qu'il a fini de faire ce qu'il voulait, je ne veux plus rien de lui,  mon cœur ne l'ose plus et c'est quelqu'un que je ne pardonnerai jamais. Dieu le punira un jour. Cela me conduit à détester tous les hommes dans ma vie’’, ajoute Kadiatou.

Plusieurs jeunes filles sont aujourd’hui victimes de leur naïveté. Elles tombent sur des hommes prêts à tout sur internet et souvent elles se laissent emporter par l’envie d’avoir facilement l’argent. Leur histoire se termine parfois par des viols. Pendant ce temps, les parents et les autorités observent cette situation avec impuissance. 

Camara Ousmane Tigaul