Aminata Diallo, administratrice générale du site d’information actu-elles.info

Licenciée en journalisme et communication à l’université Mercure internationale, Aminata Pilimini Diallo âgée d’une vingtaine d’années est une jeune fille exemplaire. Elle se bat pour l’émancipation de la couche féminine à travers le site actu-elle.info  

aminata pilimini diallo

 

La Plume Plus : Parlez-nous de votre parcours universitaire et professionnel

Aminata Diallo : Avant mon diplôme, j’avais fait un stage à Chérie FM durant 2 mois, puis un autre comme communicatrice dans une entreprise de distribution d’images de la place. J’avais aussi l’ambition de faire des cours d’anglais au Ghana, mais mon père ne voulait pas soutenant que je n’avais pas de famille là-bas. Du coup, je suis partie en Sierra-Léone pour 8 mois de cours et à mon retour, j’ai passé 8 mois de stage au quotidien ‘’La République’’ et au même moment j’ai été pigiste au site guineeinter.

D’où vous est venu l’idée de créer un site et pourquoi le nom actu-elle.Info ?

J’ai beaucoup retenu de ce que j’ai appris, on ne me corrigeait plus et je voulais maintenant être indépendante, créer ma propre entreprise et me soutenir moi-même. Pour ça j’ai demandé de l’aide à mon frère qui est webmaster en Allemagne. J’ai pensé mettre en place un site culturel. Je voulais me démarquer parce que la culture a toujours été mon passe-temps depuis le lycée, mais mon frère voulait que je fasse un site à l’image de guineenews. Finalement j’ai décidé de créer actu-elle.info au mois de février 2015 pour parler de la femme guinéenne, l’émancipation de la femme africaine et celle du monde.

Votre site est-il membre d’une association de presse?

J’avais prévu d’adhérer à l’association guinéenne de la presse en ligne (aguipel) mais je n’ai pas eu pour le moment l’occasion. J’étais tout, administratrice, directrice, rédactrice c’est tout récemment que j’ai commencé à travailler avec des personnes qui me proposent des articles, je prends aussi beaucoup d’articles à l’international comme ‘‘Afrique femme’’, ‘‘Maroc femme’’, tout ce qui est femme je prends. Je travaille avec beaucoup de personne qui ne relève pas d’actu.

Rencontrez-vous des difficultés si oui, lesquelles ?

Oui, l’internet me cause beaucoup de problèmes. Parfois je fais jusqu’à 3 heures du temps pour poster un papier. Et je ne gagne rien avec le site. La connexion c’est ma maman qui me la paye, parfois je pars à la maison de la presse mais là-bas aussi le débit n’est pas bon, il me faut partager via mon téléphone.

Vous avez un appel à lancer à l’Etat ou aux personnes de bonne volonté ?

Oui ! Je lance un appel à toutes les personnes de bonne volonté. J’ai un grand besoin de bureau, de matériels, j’ai même tenté de rencontrer la première Dame Mme Djènè Condé afin d’avoir un partenariat avec son ONG, couvrir ses activités et avoir d’autres relations mais cela n’a pas réussi. Je veux faire plus mais le financement me manque. La femme guinéenne a du talent mais je trouve qu’on ne parle pas trop d’elle.

Quel conseil donnez-vous aux jeunes filles qui ont fini leurs études et qui vivent toujours au dépend des parents ou des hommes et quelles sont vos ambitions ?

J’appelle toutes les filles au travail quelques soit leur statut. N’attendez pas l’aide, travaillez pour être aidée. J’ai beaucoup de projets, mais il faut qu’actu-elle.info marche. Ceci dit je veux mettre en place une ONG afin de valoriser la femme.

Fatoumata Cissé  L1 Journalisme UNIC et Djouba Souaré  L1 Communication Kofi Annan