Les enseignants de l’UNC rencontrés le 1er mars par notre rédaction ont expliqué ce  retard par les séries de  manifestions déclenchées dans le pays suite au mot d’ordre de grève lancé par les syndicats de l’éducation. Malgré ce retard généralisé, certains chefs   de départements ont pris de nouvelles mesures afin de compenser le temps perdu.

Dans le calendrier universitaire guinéen,  le premier module prenait fin en février. À l’université Nongo Conakry, les professeurs n’ont pas pu organiser les évaluations mettant fin à la première partie du programme de l’année académique.

Alpha Oumar Diallo, professeur  en licence 1 Droit, s’active avec ses étudiants pour finir le premier module avant la moitié du mois de mars  « Les cours évoluent très bien pour le moment car nous sommes à 80 voir 90 % du programme. Si ce n’était pas les manifestations, on allait respecter le temps. Donc je me bats corps et âme pour rapidement achever les cours avec la licence 1. »

Le chef du département de la faculté de droit rassure que certains professeurs ont déjà fini d’évaluer les étudiants  des licences  1 et  2. Ceux de la licence  1 sont programmés pour le 19 mars, cette date  va permettre aux différents professeurs de finir les cours et  procéder aux évaluations finales. « Dès l’annonce de la réouverture des écoles, nous avons informés les encadreurs d’organiser les évaluations. Nous  avons dû reporter les évaluations des étudiants de la licence 1 à la date du 19 mars pour que les cours non achevés soient bouclés par les professeurs qui sont en retard » a déclaré Me  Almamy Samory TRAORE.

unc

L’évolution normale des cours a été perturbée suite au mot d’ordre de grève lancé par les syndicats le 06 février dernier. Cette situation conflictuelle entre les syndicalistes et le gouvernement  a poussé les responsables de l’éducation à fermer les écoles jusqu’à nouvel ordre. Pour compenser le temps perdu, le calendrier a été réaménagé et les heures de cours ont également été augmentées.

« Pour ce qui est des étudiants de la 1er année, nous avons doublés les cours et aussi organisés les cours de rattrapage  les dimanches. Quand un professeur finira  son  cours, automatiquement le département va programmer une nouvelle matière.  Nous n’avons plus de temps à perdre » ajoute le chef de département.

Dans le rang des étudiants, certains se disent satisfaits d’avoir fini les cours du premier module. D’autres par contre attendent l’achèvement des cours normaux pour être évalués.

Siba GUILAVOGUI Licence 4 journalisme ISIC Kountia