La Plume Plus

dimanche 26 mars 2017

Université Kofi Annan Quand le manque de taxis agace les étudiants

 

Située à Kaporo dans la commune de Ratoma, l’université Kofi Annan créée en 1996 compte des milliers d’étudiants. A la fin des cours dans l’après midi, les jeunes issus de familles modestes sont obligés de se donner rendez-vous au pont de Kaporo pour se livrer une bataille délicate, celle de trouver un moyen de transport pour rentrer à domicile. 

IMG_20170310_124822_1

A cette période de la journée, une pénurie de taxis est constatée sur ce tronçon très étroit car en plus des étudiants de Kofi Annan, il y a ceux de l’université Nongo Conakry qui se mêlent à la danse. Mamadou Billo Diallo qui fait la Licence 2 Médecine à Kofi Annan témoigne ‘’ on souffre beaucoup pour avoir un taxi à 18h. Je suis obligé dès fois de marcher jusqu’au carrefour Cosa’’. Tout comme lui, Bintou Cissé de la Licence 2 Economie rencontre les mêmes problèmes ‘’moi j’habite au centre-ville parfois je peux rester ici jusqu’à 19h ou 20h. De surcroît, je peux prendre jusqu’à 3 voitures avant de rentrer chez moi’’.  Elle  sollicite une assistance auprès du fondateur de l’université ‘’je lui demande de nous aider à éradiquer ce problème parce qu’il y a un bus et un mini bus qui sont stationnés dans la cour, mais ils ne marchent pas.’’ . Face à ce cri de cœur des étudiants, Amara Diakité l’assistant du fondateur affirme que c’est un cas général qui frappe tous les étudiants ‘’ les responsables d’universités privées ne peuvent pas tout faire par manque de moyen.  Plutôt ils sont en complémentarité avec l’Etat’’. Poursuivant, il estime que l’Etat doit subventionner les universités cela pour diminuer les charges à leur niveau et parer à ce problème.  A son tour,  il a lancé un appel aux étudiants et parents d’élèves pour qu’ils s’unissent afin de pouvoir trouver une solution à ce mal. 

En attendant, les étudiants de Kofi Annan prennent leur mal en patience.

                                                                                              Thierno Souleymane Diallo licence 2 journalisme Kofi Annan 

Posté par mepa à 00:56:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


5 tactiques pour lui prouver votre amour

 

Vous l’aimez tellement et vous vous demandez comment le lui faire ressentir? Eh bien, chacun de nous est sensible à une marque d’affection. Certains sont plus touchés par un cadeau ou par du temps que leur accorde l’être aimé. Ces différents procédés pour exprimer son amour sont appelés les langages d’amour. Découvrons-les ensemble.

1- Le toucher physique

L’étreinte des mains, les baisers, les enlacements sont autant de façons de faire ressentir à notre partenaire qu’on l’aime.

2- Les services rendus

Les services rendus sont toutes les aides que vous pouvez apporter à votre conjoint (e) pour alléger ses journées. Des aides comme cuisiner un bon petit plat, faire la vaisselle, nettoyer un meuble,  ranger ses chaussures lui feront plaisir.

3- Les paroles valorisantes

Les paroles valorisantes sont des mots d’appréciations et des compliments verbaux. Il faut de préférence les utiliser sous forme d’affirmations simples et directes. Adresser des compliments sincères à votre conjoint aura pour effet de rendre votre partenaire plus confiant.

4- Les moments de qualité

A quoi bon avoir une belle maison, une voiture et autres avantages si nous n’en profitons pas ensemble ? Les moments de qualité, ce sont de bons moments passés ensemble. Ce sont des moments où on accorde à notre partenaire une attention totale. Ce n’est pas s’asseoir à côté de lui pour regarder la télé ou être scotché sur son téléphone portable ou sur sa tablette. C’est la regarder, lui parler, l’écouter,  la prendre dans nos bras, se promener à deux, aller au restaurant…

5- Les cadeaux

Les cadeaux peuvent être achetés, trouvés ou confectionnés de nos mains. La valeur du cadeau n’a aucune importance. Ce qui compte, c’est que l’on ait pensé à l’autre.

Pour vos problèmes d’amour consulter Dr Wallas en envoyant vos SMS clairs, concis et précis.  Nous trouverons des solutions à vos problèmes de cœurs.

Contacts : 621480642 ou 656629141

Posté par mepa à 00:53:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

poème la Guinée

 

Guinéennes, guinéens, œuvre pour la paix! 
La paix autour de nous
La paix des cœurs et des âmes
La paix universelle œuvre de tous
Quelle est magnifique cette paix fruit de la sueur et de la volonté commune
Fortifions-la, consolidons-la
Baromètre de la maturité des sociétés humaines
Arrogeons-la de nos salives, de nos vœux et de nos prières afin qu'elle s'irradie et couvre de son ombrage notre maison commune la Guinée 
Notre clan l'Afrique et l'humanité entière.
Mes frères et sœurs le moment est grave, notre planète victime d'incessante agression réagie de façon alarmante à nos dérives 
N'ajoutons pas d'autres malheurs à ce drame cosmique qui nous interpelle tous.
Guinéennes Guinéens
Œuvrons pour la paix

Sans elle nos activités tant physiques qu’intellectuels demeureront quasiment impossibles.
En cultivant la paix dans les cœurs, la paix autour de nous et en nous-mêmes, inéluctablement, nous améliorerons les conditions de réflexion, de méditations, indispensables à la résolution des problèmes majeurs de notre temps
Méritons notre temps par des œuvres de charité, des œuvres au service de l'homme non à son détriment.
Œuvrons dans le sens du progrès, du bonheur de chacun et de tous.
C'est par ces pratiques vertueuses seules que nous mériterons notre temps et entrerons dans l'histoire.
 Mamadou Bhoye Barry, étudiant à l'ISSEG licence 1
621929526/655406987

Posté par mepa à 00:52:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Lycée Ahmed Sékou Touré d’Aviation Des chiens épaulent le gardien

Le fait peut paraitre banal. Pourtant au lycée Ahmed Sékou Touré, tout visiteur est frappé par la présence d’un groupe de chiens l’établissement. Simples la journée, on dit qu’ils sont redoutables la nuit.

Seul ou en groupe de trois ou quatre, ces chiens se promènent dans la cour du lycée et parfois dans les couloirs jusque devant la direction. Leur présence ne gêne ni les élèves, ni les enseignants encore moins les responsables. Lorsque ces canidés ne se promènent pas, ils passent une bonne partie de la journée à dormir. 

groupe de chiens AST

Les élèves sont les premiers à nous avoir précisé que les chiens en question sont des gardiens de l’école. Dans un humour à vous coupler le souffle, ils nous ont expliqué que ces animaux n’ont jamais attaqué un élève ou un visiteur.

Madame Fatou Diabaté, la censeure a confirmé le rôle important des chiens dans la surveillance du lycée AST. Elle affirme que selon ce qui lui a été dit, à partir de 21h ou 22h, la bande de chiens assistent le gardien et là ils ne badinent pas avec la sécurité. Celle qui assure l’intérim du proviseur assure qu’elle a trouvé ces chiens à l’école. L’un d’eux appartiendrait à monsieur Georges Guilavogui ancien proviseur dudit lycée.

Pour l’heure, les chiens jouissent d’une bonne réputation au lycée Ahmed Sékou Touré.

Mamadou Samba Sow   

Posté par mepa à 00:50:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Groupe scolaire Le Salem Résultats mensuels satisfaisants

 

Le groupe scolaire Le Salem situé à Kipé dans la commune de Ratoma est un établissement privé qui a procédé le mardi 24 janvier dernier à la proclamation de ses résultats mensuels.  C’est autour du mat et devant les élèves et responsables que le Directeur des Etudes Abdoul Kader  Kourouma a communiqué les résultats. Pour ce responsables, ces résultats sont satisfaisants et se sont beaucoup améliorés explique t-il ‘’ le 1er mois on n’a pas eu des élèves qui ont décroché 15 de moyennes pour toute l’école, le 2eme mois, nous n’avons eu que 2 élèves qui ont eu 15 de moyenne et cette fois-ci nous avons pu avoir jusqu’à 8 élèves qui ont eu des moyennes de 15. Franchement c’est une note de satisfaction pour l’école’’  se réjouit le D. E.

Interrogé sur la façon de procéder à la proclamation des résultats,  le Directeur des Etudes avance des arguments ‘’ ça me rappelle un peu la méthode Sékoutourenne (NDLR : pendant la révolution), on estime que ceux qui ont leur moyenne seront très fiers de circuler devant leurs camarades quand on dit leurs noms publiquement. C’est pourquoi nous les réunissons soit autour du mat ou dans la cours devant leurs collègues, encadreurs et professeurs pour dicter les résultats. Et ceux qui n’ont pas décrochés leur moyenne auront le courage et se diront la prochaine fois il faut que mes camarades applaudissent aussi pour moi.’’  Cette méthode a porté fruit selon le Directeur des Etudes qui parle d’amélioration des résultats grâce à cette méthode.

Oumar K Niane élève en 10eme B, un des candidats qui a eu 15 de moyenne pour ce moi de janvier n’a pas manqué d’exprimer sa satisfaction  ‘’ je suis vraiment content, c’est grâce à mon courage et aux conseils des professeurs que j’ai décroché cette moyenne et j’encourage mes amis à en faire autant.’’   

Dans sa classe de 10eme année B, 29 élèves sur 33 ont eu leur moyenne.

                                                                                                              Siba TOUPOUVOGUI

Posté par mepa à 00:48:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Ministère de l’enseignement pré-universitaire Ibrahima Kalil Konaté prend fonction

 

Nommé le 27 février, Ibrahima Kalil Konaté a été installé dans ses fonctions de ministre le 2 mars. La cérémonie a été présidée par Albert Damantang Camara ministre de l’enseignement technique et professionnel.

Le ministre entrant a rendu hommage au chef de l’Etat pour cette confiance placée en sa personne. Il s’est engagé à accomplir la mission qui lui est confiée. ‘’ La mission pour laquelle le professeur (NDLR : le président Alpha Condé) bâtisseur m’appelle est exaltante, noble. La tâche n’est pas facile.  Je m’emploierai à faire de notre système éducatif un model de réussite et d’inspiration.’’

Il a aussi assuré les partenaires sociaux, techniques et financiers de son entière disponibilité et garanti le respect des accords qui les lient et cela pour le développement de l’éducation du pays. Ibrahima Kalil Konaté a exhorté les cadres du département à l’aider pour relever les multiples défis qui les attendent. Konaté a promis depoursuivre les réformes engagées par son prédécesseur.

Ibrahima Kourouma ministre de l’enseignement pré-universitaire depuis 2010 a demandé à ses anciens collègues de se mettre à la disposition de son successeur. ‘‘ K au carré est un ami.  Je voudrai demander à chacun des cadres présents ici, de nous aider et d’aider le président de la république, de se mettre au service de K au carré, se mettre à son service,  pas pour le tromper précise le ministre sortant’’.

kalil konaté

Kourouma a reconnu tout de même que toutes les œuvres n’ont pas été accomplies ‘’c’est vrai que nous ne les avons pas totalement mis en œuvre, mais nous avons essayé et nous avons pu faire quelque chose.’’

Albert Damantang Camara le porte-parole du gouvernement, a souhaité que les acquis de ce département soient pérennisés. 

A signaler qu’au cours de cette passation, certains journalistes n’ont pas  pu avoir accès à la salle où se tenait la cérémonie. Pour Mohamed Lamine Kaba de radio Bonheur, il y a eu une mauvaise organisation.  Il s’est dit surpris du changement de lieu à la dernière minute. Prévue au départ au CEDUST, elle s’est déroulée au ministère de l’enseignement pré-universitaire.  ‘‘ Nous étions sur place à 14h et jusqu’à la fin de la passation, nous n’avons pas pu avoir accès à la salle. Le chef de cabinet n’a même pas hésité à dire aux journalistes de donner leurs dictaphones pour la prise de son.’’ A ajouté notre confrère. 

                                                                                         Siba Toupouvogui 

Posté par mepa à 00:46:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Enseignement pré-universitaire Le nouveau ministre Ibrahima Kalil Konaté tend la main à tous les acteurs de l’éducation

   

Le 28 février,  au lendemain de sa nomination par le président Alpha Condé,  le nouveau ministre de l’enseignement pré-universitaire a annoncé ses priorités. Devant la presse, Ibrahima Kalil Konaté a déclaré vouloir travailler avec l’ensemble des acteurs du système éducatif.

 « Je suis entrain de me remettre de mes émotions.  J’ai été surpris par le président de la république qui me confie un département très sensible qui vient de sortir d’une crise qui a secoué tout le pays.  Je mesure la portée de la confiance,  c’est pour cela que je souhaite très respectueusement travailler avec tous ceux qui peuvent intervenir directement ou indirectement pour  le bon fonctionnement du ministère de l’enseignement pré-universitaire qu’il s’agisse des enseignants, des DPE, des DCE, des inspecteurs, des journalistes.  Le département sera ouvert aux medias pour que ce que nous faisons soit connu du grand public souligne le ministre.  C’est en cela que nous serons conseillés, critiqués. Poursuivant, Ibrahima Kalil Konaté a affirmé qu’il ne sera pas hostile aux critiques.  Pour lui, les critiques objectives sont constructives. Nous ferrons de sorte que nous soyons critiqués pour parfaire le travail que le président de la république nous a confié. Il me manque beaucoup de mots,  je suis sous l’émotion mais je vous transmets ce message à l’adresse du peuple de Guinée.

Interrogé sur ses priorités, l’ancien directeur communal de l’éducation de Matoto a répondu qu’il est prématuré pour lui de se prononcer.  C’est vrai que j’ai gravi tous les échelons du ministère de l’enseignement,  je n’ai rien fait dans ma vie sinon qu’enseigner.  C’est une somme d’expérience que nous avons que nous allons partager avec toutes les personnes qui en ont plus que d’ailleurs. Je serai à leur écoute pour former une bonne équipe pour que notre ministère soit l’un des plus vus. »

                                                                                                           Siba Toupouvogui

Posté par mepa à 00:42:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Concours La Voix des jeunes: La Guinée s’impose à Abidjan

 

Le 3 février 2017 à Abidjan, un groupe d’étudiants de l’IUHEG, institut universitaire des hautes études de Guinée a remporté la finale du concours sous-régional ‘’La Voix des jeunes’’. Avant l’étape ivoirienne, les représentants guinéens se sont imposés d’abord au niveau national.

La voix des jeunes Abidjan olga

Souriante, Mariama Guéladjo Bah la capitaine de l’équipe précise qu’elle fait la licence 3 géologie.  Selon elle, La Voix des jeunes qui est à sa deuxième édition est une compétition organisée par une ONG sénégalaise Social change factory initiée par Sobel Aziz Ngome. La Guinée s’est mesurée à la Côté d’Ivoire et au Sénégal.

En Guinée, c’est l’ONG LEJEPAD (leadership jeune pour la paix et le développement en Afrique) de Bangaly Tagbè Camara qui a géré le concours. L’idée c’est de chercher à impliquer les jeunes dans la recherche de solutions aux problèmes qui se posent en Afrique.

Avant de se retrouver en Côte d’Ivoire pour la finale, l’IUHEG est venu à bout de 10 universités. En quart de finale, l’institut universitaire des hautes études de Guinée a battu l’université Mahatma Gandhi. En demi-finale, l’IUHEG l’a emporté face à l’UNC, université Nongo Conakry.

Une finale qui l’a opposé à l’ISIC, institut supérieur de l’information et de la communication de Kountya que Mariama Guéladjo et ses amis affirment avoir éliminé sans trop d’effort. Le thème de cette finale a porté sur justice et droits de l’Homme, les violences faites aux femmes en Guinée.

Etape ivoirienne

Forts de leur parcours, les représentants guinéens arrivent à Abidjan. Kadiatou Diallo de la licence 3 sociologie, nous confie que les jeunes ivoiriens, sénégalais et guinéens devaient expliquer comment attirer les jeunes vers le monde agricole ?

En dehors des grands finalistes, il y avait les All stars constitués des meilleurs étudiants dont les universités ont été éliminées lors des préliminaires.

Le face à face a eu lieu au siège de la BAD, banque africaine de développement au Plateau dans la capitale économique ivoirienne. 

Selon Guéladjo, son équipe est partie en Côte d’Ivoire pour ramener la victoire. Elle avoue toutes fois que cela n’était facile à cause des préjugés. La compétition a été organisée par des sénégalais en terre ivoirienne, les guinéens ne se sentaient donc pas favoris. Mais finalement, nous nous sommes dits, c’est possible, ils ne sont pas des extraterrestres, ajoute la jeune demoiselle. 

La salle de plus de 400 places était remplie en grande partie par des membres de l’association des étudiants guinéens en Côte d’Ivoire. Du coup, les compétiteurs de l’IUHEG se sont en Guinée. Olga Siradin l’ambassadrice de Guinée en Côte d’Ivoire est personnellement allée soutenir l’équipe venue de Conakry.

Les prix

Victorieux du concours La voix des jeunes en Côte d’Ivoire, les étudiants de l’IUHEG ont reçu des prix, le trophée sous-régional ainsi que des bourses de formation pour six mois en France pour les trois lauréats. 

Le soutient de l’administration

Monsieur Bah Thierno Souleymane, le chef du département journalisme/communication de l’IUHEG a accompagné ses protégés à Abidjan. Il affirme que la fondation s’est fortement impliquée. Six jeunes ont été sélectionnés dont trois réservistes. Pendant que les candidats guinéens ont le niveau licence, les ivoiriens et sénégalais étaient tous en master 2. Malgré tout, l’équipe guinéenne a forcé l’admiration des ivoiriens et des cadres de la BAD précise monsieur Bah.

Pour monsieur Bah, contrairement à ce qu’on pense, le système éducatif guinéen n’est pas carrément perdu, mais il pense qu’il faut travailler, il ne faut pas se noyer dans l’autosatisfaction.  Après un détour dans les universités ivoiriennes, monsieur Bah déclare que sénégalais et ivoiriens sont à 80% bilingues. Ils parlent anglais/français et ça ils l’apprennent à l’école poursuit-il.  Pour lui, la Guinée devrait chercher à rehausser le niveau de son système éducatif.

L’autre constat de Bah Thierno Souleymane concerne les études avancées. Il affirme qu’au Sénégal et en Côte d’Ivoire, au niveau des universités et pratiquement dans toutes les filières, il y a le niveau master et le doctorat. Là également, la Guinée est à la traîne. Le chef du département journalisme/communication de l’IUHEG conclu par cette phrase ‘‘la Guinée ne devrait pas être un pays d’exception dans la médiocrité’’.

Mamadou Samba Sow   

Posté par mepa à 00:41:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Université Nongo Conakry Des dispositions pour sauver l’année académique

 

Les enseignants de l’UNC rencontrés le 1er mars par notre rédaction ont expliqué ce  retard par les séries de  manifestions déclenchées dans le pays suite au mot d’ordre de grève lancé par les syndicats de l’éducation. Malgré ce retard généralisé, certains chefs   de départements ont pris de nouvelles mesures afin de compenser le temps perdu.

Dans le calendrier universitaire guinéen,  le premier module prenait fin en février. À l’université Nongo Conakry, les professeurs n’ont pas pu organiser les évaluations mettant fin à la première partie du programme de l’année académique.

Alpha Oumar Diallo, professeur  en licence 1 Droit, s’active avec ses étudiants pour finir le premier module avant la moitié du mois de mars  « Les cours évoluent très bien pour le moment car nous sommes à 80 voir 90 % du programme. Si ce n’était pas les manifestations, on allait respecter le temps. Donc je me bats corps et âme pour rapidement achever les cours avec la licence 1. »

Le chef du département de la faculté de droit rassure que certains professeurs ont déjà fini d’évaluer les étudiants  des licences  1 et  2. Ceux de la licence  1 sont programmés pour le 19 mars, cette date  va permettre aux différents professeurs de finir les cours et  procéder aux évaluations finales. « Dès l’annonce de la réouverture des écoles, nous avons informés les encadreurs d’organiser les évaluations. Nous  avons dû reporter les évaluations des étudiants de la licence 1 à la date du 19 mars pour que les cours non achevés soient bouclés par les professeurs qui sont en retard » a déclaré Me  Almamy Samory TRAORE.

unc

L’évolution normale des cours a été perturbée suite au mot d’ordre de grève lancé par les syndicats le 06 février dernier. Cette situation conflictuelle entre les syndicalistes et le gouvernement  a poussé les responsables de l’éducation à fermer les écoles jusqu’à nouvel ordre. Pour compenser le temps perdu, le calendrier a été réaménagé et les heures de cours ont également été augmentées.

« Pour ce qui est des étudiants de la 1er année, nous avons doublés les cours et aussi organisés les cours de rattrapage  les dimanches. Quand un professeur finira  son  cours, automatiquement le département va programmer une nouvelle matière.  Nous n’avons plus de temps à perdre » ajoute le chef de département.

Dans le rang des étudiants, certains se disent satisfaits d’avoir fini les cours du premier module. D’autres par contre attendent l’achèvement des cours normaux pour être évalués.

Siba GUILAVOGUI Licence 4 journalisme ISIC Kountia 

Posté par mepa à 00:37:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Coyah Un supporteur meurt après la défaite du PSG face à Barcelon

e

 

Macka Baldé, un jeune d’environ 23 ans a trouvé la mort le mercredi 8 mars après le match FC Barcelone-Paris Saint Germain. Cet admirateur du PSG n’a pas supporté l’humiliation de son équipe par les poulains de Luiz Enrinqué.

Thierno Mamadou Diallo ami du défunt raconte avoir regardé toute la rencontre avec Macka Baldé dans un vidéoclub.  Au coup de sifflet final, Baldé récent un malaise et sa langue commence à s’enfoncer explique Thierno.

Macka Baldé a néanmoins pu tenir sa langue et demandera à un certain Madiou de l’aider. Pris de panique, ce dernier qui n’est pas habitué à voir une telle scène décline l’appel au secours. Informé d’urgence, Thierno Mamadou Diallo intervient en tentant d’empêcher Macka d’avaler sa langue.

Toujours selon notre informateur, le supporteur de Paris est conduit dans une clinique voisine. Le médecin hésite d’intervenir affirmant n’avoir pas les compétences requises. Il sera dissuadé par la foule et administre une injection au patient. Macka s’en dort, mais sa langue était toujours en mouvement.

De la clinique, les amis de Macka Baldé décident de le transférer à l’hôpital préfectoral de Coyah. Il rend l’âme avant d’arriver sur place. Son corps est finalement restitué à la famille le lendemain pour inhumation.

Abdoul Malipan Baldé  

Posté par mepa à 00:33:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]