Le 28 février,  au lendemain de sa nomination par le président Alpha Condé,  le nouveau ministre de l’enseignement pré-universitaire a annoncé ses priorités. Devant la presse, Ibrahima Kalil Konaté a déclaré vouloir travailler avec l’ensemble des acteurs du système éducatif.

 « Je suis entrain de me remettre de mes émotions.  J’ai été surpris par le président de la république qui me confie un département très sensible qui vient de sortir d’une crise qui a secoué tout le pays.  Je mesure la portée de la confiance,  c’est pour cela que je souhaite très respectueusement travailler avec tous ceux qui peuvent intervenir directement ou indirectement pour  le bon fonctionnement du ministère de l’enseignement pré-universitaire qu’il s’agisse des enseignants, des DPE, des DCE, des inspecteurs, des journalistes.  Le département sera ouvert aux medias pour que ce que nous faisons soit connu du grand public souligne le ministre.  C’est en cela que nous serons conseillés, critiqués. Poursuivant, Ibrahima Kalil Konaté a affirmé qu’il ne sera pas hostile aux critiques.  Pour lui, les critiques objectives sont constructives. Nous ferrons de sorte que nous soyons critiqués pour parfaire le travail que le président de la république nous a confié. Il me manque beaucoup de mots,  je suis sous l’émotion mais je vous transmets ce message à l’adresse du peuple de Guinée.

Interrogé sur ses priorités, l’ancien directeur communal de l’éducation de Matoto a répondu qu’il est prématuré pour lui de se prononcer.  C’est vrai que j’ai gravi tous les échelons du ministère de l’enseignement,  je n’ai rien fait dans ma vie sinon qu’enseigner.  C’est une somme d’expérience que nous avons que nous allons partager avec toutes les personnes qui en ont plus que d’ailleurs. Je serai à leur écoute pour former une bonne équipe pour que notre ministère soit l’un des plus vus. »

                                                                                                           Siba Toupouvogui