Résultats catastrophiques à l’université Mercure

L’université Mercure international est l’une de ces nombreuses institutions d’enseignement supérieur privé de la ville de Conakry. Mais cette année contrairement à celles précédentes, Mercure a enregistré des résultats en deçà des attentes. Pour plus de précision nous avons recueillis les statistiques de quelques filières.

En classe de BA1 (business administration), sur un effectif de 159 étudiants, 16 ont été admis contre 81 admis avec session pour 11 doublants et 51 exclus du programme. En BA2 (administration des affaires), le constat est là aussi peu reluisant. Pour preuve, sur les 98 étudiants que compte la classe seulement 6 ont eu leur moyenne. Ceux qui ont décroché l’examen avec session sont au nombre de 51.  Les doublants, eux sont 10 et 31 sont exclus du programme.

La filière journalisme n’échappe pas à la règle. En JC1 (journalisme et communication), dans une classe de 128 c’est 9 qui ont pu se tirer d’affaire, contre 86 avec session, 7 doublants et 29 exclus du programme. En JC2, l’effectif est de 43, définitivement admis : 8, admis avec session : 32, exclus du programme : 3.

Dans le département GCF (gestion commerciale et financière), pas de grande avancée non plus. En GCF1, on note 32 admis sur un effectif de 135.  Les admis avec session se chiffrent à 61, les doublants sont 6 et les exclus du programme qui ferment la marche sont 36. En GCF2, on enregistre dans la classe 63 étudiants pour 15 admis, 20 avec session, 7 doublants et 51 exclus du programme.

Les futurs hommes de droit sont également concernés par la dégringolade du niveau d’étude. En DRT1 (droit),  sur l’effectif pléthorique de 251, ils ont été 6 étudiants à tirer leur épingle du jeu, quant aux admis avec session ils sont 79. Les doublants sont 26 et 140 sont exclus. En 2eme année droit, 3 bons étudiants sont définitivement admis sur un effectif de 107, les admis avec session sont au nombre de 74, les doublants sont 25 et 5 autres sont exclus. En 3eme année droit (administration publique), on a connu le pire avec 2 définitivement admis sur 40 (l’un des admis a eu la mention excellente et l’autre bien). Même s’il n’ y a pas eu d’exclus, 26 ont eu l’examen avec session et du coup aucun diplôme ne leur a été décerné.

En anglais appliqué (département nouvellement créé), le bonheur ne semble pas au rendez-vous et pour cause sur un effectif de 59 étudiants seuls 4 ont eu l’examen sans beaucoup de peine. Les autres se contentent du reste, 39 admis avec session, 5 doublants et 9 exclus.

A noter que nous n’avons pas eu accès aux résultats de BA3, GCF3 et JC3 qui sont sortis avec un peu de retard.

Pourtant, même avec cet échec grandissant, le conseil d’administration de l’université aurait été indulgent envers les étudiants en fermant les yeux sur des cas où les intéressés n’avaient pas validés 50% des matières. La question que tout le monde se pose est de savoir où se situe la responsabilité. Es-ce du côté des étudiants qui ne prendraient pas aux sérieux les cours ou bien, c’est un manque de compétence des enseignants qui serait à l’origine de cette débâcle ? La question vaut en tout cas son pesant d’or, car le fondateur de l’établissement ne cesse de clamer que Mercure forme des créateurs d’emploi et non des demandeurs. En ce qui concerne les exclus du programme, Mr Mohamed Mounir Camara chef du département journalisme/communication apporte des précisions : ‘’ les étudiants exclus du programme ne sont pas renvoyés de l’université, ils sont seulement appelés à changer de filière.’’

Mamadou Baïlo Barry, BA2 Mercure. Tel: 64.78.47.73